La vue d’ensemble

Le stress nous a bien aidés en tant qu’espèce.  Nous avons survécu et évolué grâce au mécanisme du stress. Ce mécanisme est censé nous sauver la vie quand un danger menace notre vie - la réaction de survie (“fuire ou combattre”) était bien utile aux hommes préhistoriques quand ils rencontraient un animal dangereux. Mais dans la vie moderne, le danger est ailleurs : bien que le risque de se faire manger par un animal soit presque nul, nous vivons dans un état de tension et d’alerte permanentes. C’est dans cet état que nous nous mettons en étant constamment connectés aux réseaux sociaux, par exemple. Le stress continu de la vie moderne est devenu la norme et il se retourne contre nous.

Fight, flight or freeze response.

Stress Response System

Le corps répond au stress via le circuit du stress (l’axe hypothalamo - hypophyso - surrénalien) qui va initier la cascade hormonale du stress dans de multiples organes et systèmes de l’organisme.

Les types du stress

Le stress peut être positif et stimulant, nous maintenir en alerte, prêt à affronter ou éviter un danger imminent.

Le stress aigu

Un chien vous aboie dessus quand vous passez près de lui. Ou vous êtes sur le point de parler en public. En l’espace de quelques millisecondes seulement, une cascade hormonale déclenche la mécanique qui met votre corps dans un « état d’urgence ». Pour sauver votre vie, votre corps doit immédiatement produire plus d'énergie : plus de glucose est mis en circulation à partir des réserves du foie, plus de sang et d’oxygène sont pompés vers le coeur et les muscles. Les fonctions qui, elles, ne sont pas immédiatement utiles à la survie, comme la digestion, la reproduction, ou l’immunité fonctionnent alors au ralenti. Vous sentez votre coeur dans votre gorge, vous avez la bouche sèche, les mains moites, vos sens sont aiguisés (en une seconde, vous aurez repéré la seule sortie possible) et vous ressentez un vrai boost. Vous êtes en alerte maximale.

Ce mécanisme du stress est conçu de manière intelligente. Il a une durée de vie limitée : une fois que le danger est passé, les hormones du stress sont censées revenir à la normale. Le coeur va donc se calmer, votre pouls et la tension artérielle vont revenir à leurs niveaux normaux, tout comme l’activité des autres organes et systèmes

Ce type de réponse au stress (ponctuel) peut être bon pour vous car il peut vous aider à faire face à une situation imprévue et dangereuse. Bien qu’un stress aigu puisse être plaisant (comme, par exemple, tomber amoureux ou bien gagner une compétition), la plupart des signes et symptômes du stress sont toutefois pour le moins inconfortables.

Acute Stress Manifestations

Physical Symptoms
Racing heart
Palpitations
Shallow breathing
Dry mouth
Anxiety
Fear
Nausea
Sweating
Psychological Symptoms
Freezing
Anger
Loss of control
Insomnia
Forgetfulness

Bien qu’un stress aigu puisse être plaisant (comme, par exemple, tomber amoureux ou bien gagner une compétition), la plupart des signes et symptômes du stress sont toutefois pour le moins inconfortables.

Manifestations du stress aigu

Le stress prolongé devient dangereux pour la santé et peut user votre corps et votre tête.

Le stress chronique

Mais il n’y a pas tous les jours un méchant chien qui voudrait vous mordre. Et cela tombe bien car le système qui nous met en « état d’urgence » n’est pas conçu pour être tout le temps allumé.

Si vous êtes exposé trop souvent à des situations stressantes, sans laisser au corps le temps nécessaire pour récupérer, vous allez accumuler trop de tension liée au stress. Cette accumulation de stress aura un impact négatif, qui pourra se manifester de plusieurs façons.

Le stress chronique et la surexposition au cortisol et à d’autres hormones du stress peuvent perturber presque toutes les fonctions physiologiques de votre organisme. Ceci vous met à risque de développer différents problèmes de santé. Par exemple, un excès de cortisol va affecter plusieurs régions du cerveau, en particulier celle du cortex préfrontal, qui est l’aire du cerveau la plus sensible au stress. Ceci est d’autant plus important car le cortex préfrontal est la zone la plus « évoluée » de notre cerveau, celle qui régule nos pensées, nos émotions et nos actions, en relation étroite avec d’autres régions du cerveau, en créant une sorte de « croquis mental ». Ceci explique pourquoi, avec un stress chronique, nos émotions, nos comportements, et notre capacité à prendre les bonnes décision, sont affectés.

Ces réactions face au stress diffèrent bien sûr d’une personne à l’autre et peuvent être influencées par l'expérience de vie (par exemple, des événements traumatiques peuvent nous rendre particulièrement vulnérables à certains types de stress) Mais la génétique a aussi son mot à dire là-dedans : en effet, plusieurs gènes interviennent dans le mécanisme de réponse au stress. Pour autant, pas de fatalité ici : les gènes ne signent pas votre destin (en dehors de quelques maladies génétiques rares).

Chronic Stress Manifestations

Physical Symptoms
Fatigue
Increased basal heart rate
High blood pressure
Decreased heart rate variability
Frequent colds/infections
Anxiety
Poor Sleep
Skin rush, eczema, psoriasis
Difficulty to lose weight
Low libido/Erectile Dysfunction
Body pain/muscle tension
Upset stomach/intestine
Psychological Symptoms
Low motivaion
Memory loss
Mood swings/Low mood
Addictions
Decreased efficiency
Learning difficulties
Cynicism
Poor decision making

Chronic stress and overexposure to cortisol and other stress hormones can disrupt almost all your body's physiological functions. This puts you at increased risk of developing many health problems

Les manifestations du stress chronique

Why are we so stressed?

Family and marriage difficulties
Financial problems
Job stress
Shift work or nighttime work hours
Digital intox
Physical or mental illness
Care of ageing parents & raising children
School stress & work/family obligations
Social media
Lonliness
Substance abuse, including tobacco and alchohol
Internet addiction

Biologie (quelques petites explications seulement)

Pour faire face à un stress, les niveaux des différentes hormones et autres molécules changent, notamment celles secrétées par les glandes surrénales, « les glandes du stress » par excellence.

Les surrénales sécrètent donc le cortisol et des catécholamines (adrénaline, noradrénaline etc.) qui jouent un rôle essentiel dans la réponse du stress. Tous ces molécules du stress influencent aussi le niveau de glucose (le sucre), l’insuline et aussi le processus de l’inflammation. De plus, le stress a son mot à dire aussi dans la remodelage des os et le métabolisme du muscle, et influence bien d’autres aspects encore: le mental, la concentration, la vitalité, la libido, le sommeil.

Quand le stress est prolongé, les surrénales deviennent des montagnes russes. Elles sont sur-sollicitées et finalement, vous manquerez de « jus » et vous vous épuiserez jusqu’au burnout, un état extrême caractérisé par un fonctionnement sévèrement perturbé des surrénales. De plus, comme un mal ne vient jamais seul, d’autres troubles peuvent s’installer : des perturbations dans le métabolisme du sucre, des envies fortes de sucre, une prise de poids avec une disposition abdominale de la graisse, un ralentissement du métabolisme, un affaiblissement de l’immunité.

Pourquoi mesurer le stress

Tout le monde sait qu'est ce qu’est le stress, mais personne ne sait vraiment ce que ces montagnes russes émotionnelles font à notre santé.

Pour comprendre l’impact réel de ces hormones du stress sur notre organisme, on doit s’appuyer sur autre chose que notre seul « ressenti ». La façon dont on perçoit le stress ne reflète pas forcément la biologie du stress.

C’est pourquoi, en mesurant les hormones du stress (pour vérifier si le circuit du stress - l’axe HPA fonctionne correctement), nous avons un outil précieux pour fournir une solution plus appropriée.

Le cortisol est sécrété selon un rythme bien précis, sa courbe physiologique suit ces changements : il y a un pic de sécrétion le matin (la valeur la plus haute), environ 30-45 minutes après le réveil, et ensuite le niveau du cortisol doit descendre tout au long de la journée jusqu’au soir et puis, pendant la nuit, le niveau commence à nouveau à augmenter progressivement jusqu’au matin quand le cycle doit reprendre. Nous cherchons donc à savoir si ce rythme de sécrétion du cortisol est normal car cela va influencer d’une manière considérable la réponse au stress, le sommeil et aussi le métabolisme du sucre, entre autres choses.

De plus, on va regarder aussi de plus près ce pic du cortisol (ce que l’on appelle en anglais CAR- le cortisol awakening response- en français, cela peut être appelé la “ RCR”- la réponse du cortisol au réveil). Sans entrer plus dans les détails, il y a des études qui montrent une corrélation entre CAR et le stress, les troubles affectifs, la dépression et d’autres risques de santé.

Démarrez

Le cortisol 'l’hormone du stress'

Le cortisol affecte en général la capacité de l’organisme à s’adapter aux stimuli. Une des fonctions importantes du cortisol est d’activer le métabolisme et de mobiliser l'énergie des réserves. Le cortisol influence le stress émotionnel, la pression artérielle, l’immunité et la formation de la mémoire, entre autres fonctions importantes.

L’excès de cortisol

  • Troubles du sommeil
  • Tension, nervosité
  • Augmentation de la tension artérielle
  • Augmentation du cholestérol
  • Augmentation de la graisse autour du ventre
  • Susceptibilité aux inféctions

Cortisol en baisse

  • - Manque d’énergie
  • - Baisse de la concentration
  • - Fatigue matinale
  • - Épuisement
  • - Problèmes de mémoire
  • - Envies de sucre
  • - Faible résistance au stress

DHEA 'l’hormone de jouvence'

DHEA is made of cholesterol, mainly in the adrenal gland, the same gland that secretes cortisol. DHEA balances the stress reaction caused by cortisol and thus helps to better deal with stress.

La production de la DHEA décroît progressivement avec l'âge, dès 25 ans. La DHEA, c’est également une matière première pour les hormones sexuelles, la testostérone et les oestrogènes, contribuant ainsi au bien-être et à la vitalité de l’individu.

Manque de DHEA

  • - Résistance réduite au stress
  • - Potentialisation des effets du cortisol
  • - Hormones sexuelles en baisse
  • - Libido basse
  • - Dépression
  • - Problèmes de mémoire
  • - Difficultés d’apprentissage

Excès de DHEA (plus courant chez les femmes que chez les hommes)

  • - Cheveux gras
  • - Peau grasse
  • - Acné
  • - Pilosité accrue sur le corps et/ou le visage
  • - Aménorrhée
  • - Calvitie masculine

La DA 'la molécule de la joie et du plaisir'

La DA et composant du système dopaminergique, agit surtout d’une manière stimulante. Il est important pour la coordination, le mouvement, la mémoire et l’apprentissage et aussi pour la concentration et la performance mentale. De plus, avec la sérotonine, il a un effet boostant et régule ce qu’on appelle le système de la récompense et, par conséquent, nos désires et notre motivation.

Excèse de DA

  • - Impatience
  • - Agitation
  • - Irritabilité
  • - Syndrome des jambes sans repos
  • - Difficulté de concentration
  • - Troubles du sommeil
  • - Fatigue

Manque de DA

  • - Manque de motivation
  • - Dépression
  • - Libido en baisse
  • - Fatigue
  • - Addictions
  • - Baisse du tonus musculaire
  • - Troubles de l’alimentation
  • - Troubles de la mémoire

L’acide homovanillique (HVA)

L’acide homovanillique (HVA est un de principaux métabolites des catécholamines, associés avec les niveaux de DA dans le cerveau. Le stress chronique altère la voie des catécholamines, ce qui peut aussi avoir un impact sur le niveau de HVA.

Le HVA est typiquement élevé lors qu’il y a une tumeur sécrétante des catécholamines, qui sont heureusement assez rare et la plus partes, bénins. Les niveaux de  HVA peuvent être aussi la conséquence des déséquilibres du métabolismes des catécholamines (du dysfonctionnement des différentes enzymes comme le déficit en monoamine oxydase-A (MAO-A) ou DA beta-hydrolase

Manque de HVA:

  • - Manque de motivation
  • - Dépression
  • - Libido en baisse
  • - Fatigue
  • - Addictions
  • - Baisse du tonus musculaire
  • - Troubles de l’alimentation
  • - Troubles de la mémoire

Excèse de HVA

  • - Impatience
  • - Agitation
  • - Irritabilité
  • - Syndrome des jambes sans repos
  • - Difficulté de concentration
  • - Troubles du sommeil
  • - Fatigue

Noradrénaline 'la vigilance mentale'

La noradrénaline a comme effet l’augmentation de la pression artérielle, de l’état d’alerte, de la concentration, l’envie de performer, mais augmente également la motivation et les fonctions motrices. Elle interagit aussi avec d’autres hormones du métabolisme glucidique et lipidique.

Noradrénaline en excès

  • - Hyperactivité
  • - Tension artérielle élevée
  • - Anxiété

Déficit de noradrénaline

  • - Manque d'énergie
  • - Dépression
  • - Difficultés à se concentrer

L’Adrénaline 'l'hormone du stress et de la performance'

Lors d’un événement stressant, l’adrénaline fait en sorte que les muscles et le cerveau reçoivent au plus vite l’énergie suffisante pour faire face à cette situation. Elle aura donc comme effets l’augmentation du volume respiratoire, de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque; par ailleurs, l’adrénaline va aussi augmenter l’état d’alerte, de vigilance et d’activité mentale, avec plus de motivation et le désir de performer.

Baisse de l’adrénaline

  • - Insomnie
  • - Nervosité
  • - Anxiété

Baisse de l’adrénaline

  • - Fatigue, épuisement
  • - Apathie
  • - Manque de concentration
  • - Low blood pressure
  • - Difficulties to lose weightTension artérielle basse

Vanil mandelic acid (VMA)

VMA (acide vanilmandélique) est un des métabolites de l’adrénaline et noradrénaline. Cette transformation est influencée par plusieurs cofacteurs (comme magnésium, cuivre, SAM (S-adenosyl méthionine), vitamine du groupe B et aussi des enzymes/gènes comme monoamine oxydase (MAO) ou catechol-O-methyltransferase (COMT).

Des déséquilibres du VMA urinaire peuvent indiquer:

  • - Des polymorphismes génétiques de MAO, COMT
  • - Des potentielles déficiences nutritionnelles qui affectent la voie de l’adrénaline
  • - Des déséquilibres possibles d’autres neurotransmetteurs comme la DA, Adrénaline, Noradrénaline
  • - Des problèmes des glandes surrénales (soit excès, soit insuffisance)
  • - Stress (aigu ou chronique)

Sérotonine 'la molécule du bonheur'

La sérotonine est un important messager dans le cerveau (il fait partie de la famille des molécules appelées “neurotransmetteurs”), mais qui se trouve également dans le système nerveux de l'intestin et dans des plaquettes (composants du sang qui jouent un rôle dans la coagulation). La sérotonine est plus que tout responsable de nos émotions. En agissant en synergie avec l’adrénaline et la dopamine, elle améliore l’humeur et la motivation. Cependant, elle a aussi un effet relaxant, provoquant le sommeil et jouant un rôle d’antidépresseur. De plus, la sérotonine participe à la régulation de la satiété et de la sensibilité à la douleur. Des fonctions importantes de l'intestin sont aussi affectées par la sérotonine.

Le manque de Sérotonine

  • - Dépression
  • - Anxiété
  • - Fatigue
  • - Boulimie
  • - Prise de poids
  • - Plus de sensibilité à la douleur
  • - Migraine
  • - Difficulté à se concentrer
  • - Troubles du sommeil
  • - Nervosité

5-HIAA

Cette molécule (l’acide 5-hydroxyindole acétique) est un métabolite de la sérotonine (dans le foie, la sérotonine est transformée dans le 5-HIAA). Cette transformation est influencée par plusieurs cofacteurs, comme des vitamines du groupe B, manganèse et certains enzymes/gènes : ADH (aldehyde dehydrogenase) et MAO-A (monoamine oxidase A). Cette dernière est sensible à l’action des oestrogènes (des niveaux élevés d’oestrogènes inhibent MAO-A et des niveaux bas  en augmentent l’activité, ce qui aurait comme effet un turnover augmenté de la transformation de la sérotonine en 5-HIAA. Cela peut entraîner des sueurs nocturnes, des bouffées de chaleurs, des symptomes dépressifs qui peuvent se manifester notamment à la ménopause mais pas uniquement.

Des niveau élevés de 5-HIAA peuvent donc apparaître dans le cadre des plusieurs problèmes de santé

  • - Fibrose kystique
  • - Malabsorption
  • - Tumeurs carcinoïdes
  • - Tumeurs non-carcinoïdes
  • - Hyperactivité de la MAO (due aux polymorphismes génétiques, oestrogènes bas, ménopause etc.)

Des niveaux bas de 5-HIAA peuvent être liées à

  • - Dépression
  • - Migraines

D’autres hormones influencées par le stress

L’insuline

L’insuline est la principale hormone du métabolisme glucidique, sécrétée par le pancréas qui est censé de réguler les niveaux de sucre dans le sang. Lorsqu'il y a un stress, la glycémie augmente sous l’action de l’adrénaline et du cortisol pour assurer rapidement le surplus d'énergie nécessaire. L’insuline doit donc gérer ce surplus rapide de sucre pour le surcroît d’énergie qui ne sera finalement presque jamais tout à fait consommé (il est rare qu’on court effectivement pour sauver sa vie). Avec des stress répétés (le stress chronique), on finit pour avoir quasiment tout le temps une glycémie haute, ce qui entraînera petit à petit une résistance à l’insuline, avec des risques de diabète, maladies cardiovasculaires, surpoids/obésité etc.

Les hormones thyroïdiennes

Elles fonctionnent au ralenti en situation de stress. La baisse de la fonction thyroïdienne est en général accompagnée d’une fatigue matinale, prise de poids et moral plutôt bas

Les hormones sexuelles

Un stress prolongé peut conduire à une baisse de la libido et du désir, comme à un autre phénomène lié à un stress intense et prolongé, le dérèglement du cycle menstruel, voire sa disparition pendant un certain temps.

L’hormone de croissance

Lors d’un stress aigu, l’hormone de croissance peut augmenter légèrement (on se prépare pour la « réparation » des tissus au cas où on serait blessé au combat. Cependant, lors d’un stress chronique, cette croissance est stoppée car nous avons davantage besoin d’économiser l’énergie.

Démarrez

Circadian Cortisol Secretion

We want to check if your diurnal cortisol secretion curve has a physiological pattern (high in the morning than decreasing all long day). We want you to keep a healthy cortisol rhythm, since it influence your response to stress, your energy level, your sleep and your sugar metabolism.We will also check your CAR (cortisol awakening response)

The awakening response (CAR) is typically the cortisol peaking between 30 and 45 min after being awake and this peaking is a crucial reference point for a healthy cortisol circadian rhythm. It is related to stress, affective disorders, and physical health risks.

Previous Page
Offers
For Employers